Les annees passent et les enfants grandissent. Ils choississent cela a de l’importance a leurs yeux, ceux qu’ils paraissent occupe a devenir. Ils agissent comme des hommes. Et pourtant, ce ne semblent bien que des gosses. C’est une histoire de famille et de convictions, de choix et de sentiments ebranles, une plongee dans le c?ur de trois hommes. Laurent Petitmangin, dans votre premier roman fulgurant, denoue avec une sensibilite et une finesse infinies le fil des destinees d’hommes en i?tre.

L‘ Auteur

Laurent PETITMANGIN

Laurent Petitmangin reste ne en 1965 en Lorraine au sein d’une famille de cheminots. Il passe ses vingt premieres annees a Metz, puis quitte sa ville natale Afin de continuer des etudes superieures a Lyon. Cela rentre chez Air France, societe pour laquelle il bosse encore aujourd’hui. Grand lecteur, il ecrit de une dizaine d’annees. Ce qu’il faut de nuit est son premier roman.

A propos du livre

Un premier roman deja en lei§ons de traduction dans de multiples pays (Allemagne, Italie visiteurs hi5, Pays-Bas, Japon, Japon, Coree, Espagne, Etats-Unis, Portugal. ) et considere tel une veritable revelation.

Ce qu’il faut de nuit a deja rencontre 1 vraiment succes cela lui a valu l’attribution quelques tarifs : Le Prix Femina des Lyceens, le Prix Libr’a nous, le Grand Prix de pallier Roman, le tarifs Stanislas 2020, le tarifs Feuille d’or des Medias 2020, le Prix du Barreau de Marseille, le Prix litteraire On‘, ainsi que le prix Georges Brassens 2020. Il semble egalement laureat des tarifs des lecteurs des bibliotheques des rues de Paris, des librairies Mots et images a Guingamp, en Maison d’une presse des Herbiers, de la Bibliotheque Andre Malraux de St-Philbert-de-Grand-Lieu, du Prix des bibliothecaires d’Herouville-Saint-Clair, des Mediatheques de Colombes, d’une Bibliotheque Pour Tous d’Equeurdreville, une librairie de Brignoles dans le Var, du prix litteraire des lecteurs de Chennevieres-sur-Marne, du Prix Notre Passerelle, du Prix Anne Tenes des collegiens et lyceens du nord du Lot, du Prix Colleville en dix lire, du Prix de l’ENS Paris-Saclay, du Prix en bibliotheque municipale d’Amfreville-la-Mivoie, du Prix Un livre, une commune, du Prix une Mediatheque departementale de Saint-Vallier, du Prix des lecteurs de Corse, du Prix Lire Elire de l’Assocation Culture et Bibliotheques Pour l’ensemble de Nord Flandre, du Prix des 2 rives d’une Mediatheque Departementale de Saint-Vallier, du Prix des lecteurs en Chartreuse de Villeneuve Lez Avignon, du Prix des Lecteurs de Pouzauges, et du Prix Litteraire en Roquette. Un grand merci a eux. Ce roman fait part d’la selection du Prix litteraire des lyceens et apprentis d’la region Paca. Enfin le propos fut selectionne parmi les titres proposes au Festival des premier roman de Laval et Chambery et fera part d’la selection de Rentree Litteraire France Inter/Le Point, de l’operation Attention Talents ! de Cultura ainsi que des selections de rentree d’la Fnac, de Decitre et du Furet du Nord.

Ce qu’en dit votre presse

« Notre moins rarement, au depart de mes histoires, il y a une image. La, j’avais une sorte de photo de famille avec des enfants jouant devant leurs parents et une question en tronche qui etait : comment peut-on etre decu des bambins, quelles projections peut-on avoir, quelles peurs. »

Petitmangin a restitue son histoire de choc generationnel avec une qualite douloureuse, une voix profonde chargee de tristesse et une efficacite attendrissante. Memorable.

Avec humour et simplicite, Laurent Petitmangin reste revenu via « l’urgence » ressentie a ecrire ce roman, son « premier publie », ses sources d’inspiration, ses techniques d’ecriture.

Un pave d’emotion crue.

Ce qu’il faut de nuit, dont la langue epuree n’entrave nullement l’emotion, reste l’histoire d’une rupture filiale au temps libre de la fond des ideaux. Une tragedie de l’amour inconditionnel, avec votre phrase, bouleversante : «C’etait le gamin. Tout cela lui arrivait m’arrivait.»

Cela dit avec une infinie justesse la violence que c’est pour un pere de ne plus reconnaitre le fils.

Un premier roman bouleversant qui vous hante un certain temps apres que vous l’avez repose, la gorge nouee.

Le lecteur se retrouve en apnee. Laurent Petitmangin a reussi le rendez-vous avec la litterature. Ce qu’il faut de nuit bruit de themes universels, une perte des reperes sociaux aux conflits generationnels.

Petitmangin a l’art de mettre dans ses personnages – aussi vaincus, memes coupables – un regard terriblement humain.

Un roman bien en pudeur et en retenue aux formidables editions une Manufacture de livres.

Une ecriture directe, votre livre poignant et peu peuplee, bouleversant comme le poeme de Supervielle qui donne le titre a votre premier roman.

Avec Ce qu’il va falloir de nuit, Laurent Petitmangin signe un roman social aussi sublime que douloureux.

Et chaque fois, Laurent Petitmangin voit le mot juste.

De l’amour et du silence dans ce premier roman, et c’est bouleversant.

Impossible de ne pas devorer d’un trait votre court texte dechirant et beau. Prix en vue !

Un post d’une finesse et d’une sensibilite rares, qui dit l’imperceptible avec les mots d’un monde qui vacille.

Un premier roman inoubliable, Laurent Petitmangin ecrit tel on vit. Et c’est fulgurant.

Deja laureat du tarifs Stanislas pour ce premier roman, Laurent Petitmangin signe un bijou bouleversant i  propos des emotions et nos certitudes ebranlees d’un pere.

2022-02-24T20:02:03+00:00

About the Author: